Appel contre la nouvelle réforme de la formation et des concours de recrutement des professeur.e.s “Les faux-semblants de la professionnalisation”

Cette page du blog « Une crise de l’enseignement de l’histoire en Europe ? » héberge l’appel contre la réforme de la formation des professeur.e.s et des concours de recrutement. Le lien n’est pas fortuit car ce que veut mettre en place cette réforme correspond à des tendances profondes que l’on voit à l’œuvre dans la plupart des pays européens. C’est pourquoi toute l’équipe du séminaire a accepté de l’héberger.
Vous trouverez dans cette rubrique : 
• le « cadrage » des nouvelles épreuves des concours de recrutement des professeur.e.sseul document aujourd’hui diffusé par le ministère, 
• le texte de l’appel lancé le 2 décembre 2019 et mis en ligne sur le site web de Libération le 9 décembre 2019
• la liste des signataires qui sera régulièrement mise à jour.
 
1. Le “cadrage” de la réforme
Une réforme précipitée, sans concertation et aux contours flous
 

a) Cadrage du Capes

“Dans le cadre de la réforme du concours, le ministère envisage d’organiser les différentes épreuves du concours de la manière suivante : deux épreuves écrites et deux épreuves orales.

1 – Les épreuves d’admissibilité

Pour le second degré, les épreuves d’admissibilité envisagées sont :

  • un écrit visant à contrôler la maîtrise disciplinaire des candidats avec note éliminatoire à 5 minimum, mais dont le niveau pourrait être ajusté en fonction des disciplines ;
  • une seconde épreuve écrite[1] plaçant le candidat en situation d’élaborer une séquence pédagogique à partir d’un sujet donné par le jury, afin d’évaluer sa capacité à exercer, dans une perspective pédagogique, une approche critique sur les sources disponibles. Il s’agit pour le candidat de concevoir, à partir de ressources documentaires en ligne, un plan détaillé de séquence assorti de commentaires pédagogiques destinés à identifier les éléments à transmettre, les compétences à construire, les obstacles potentiels des élèves à lever, notamment dans leur rapport à l’information, en justifiant des sources utilisées, de leur confrontation et de leur analyse critique. Le candidat dispose d’une tablette ou d’un ordinateur afin d’accéder à internet pour utiliser toute ressource qu’il juge pertinente.

Pour le premier degré, les épreuves d’admissibilité envisagées sont :

  • une épreuve « académique » (disciplinaire), en français et mathématiques, avec note éliminatoire qui pourrait être fixée à 5 ;
  • une épreuve professionnelle, permettant d’apprécier la capacité du candidat à proposer une approche polyvalente d’un sujet, et à proposer une démarche d’apprentissage progressive et cohérente. Le candidat bénéficie d’un dossier comportant notamment des travaux issus de la recherche et des documents pédagogiques.

2 – Les preuves orales d’admission,pour tous les concours :

  • une première épreuve de conception et d’animation d’une séance d’enseignement ou l’exploitation d’un support permettant d’apprécier à la fois la maîtrise disciplinaire et la maîtrise de compétences pédagogiques. Pour le CRPE, le candidat tire au sort un sujet pouvant porter sur chacun des thèmes d’enseignement (en intégrant ou non les mathématiques et le français, qui auront été testés dans les épreuves écrites) ;
  • une seconde épreuve orale d’entretien sur la motivation du candidat et sa connaissance de l’environnement et des enjeux du service public de l’éducation, sa capacité à incarner et verbaliser les valeurs de la République et à se positionner en fonctionnaire. L’oral d’entretien doit permettre au candidat de faire valoir son parcours, mais aussi de valoriser ses travaux de recherche.

Le jeu des coefficients majorera le poids de l’oral par rapport aux écrits.”

Texte du 20 novembre 2019

 [1] Hors PEPS et CPE.

b) Cadrage du master

“Le changement de la place des concours externes de recrutement des professeurs et conseillers principaux d’éducation permettra de valoriser la dimension professionnelle du concours, compte-tenu du niveau acquis dans un master lui-même professionnalisant.

La première session du concours dans son nouveau format (fin du M2) interviendra en 2022 ; les étudiants qui passeront cette première session s’engageront, pour certains d’entre eux, dans le master MEEF à compter de la rentrée 2020.

  1. Objectif : un master MEEF professionnalisant rénové, voie d’excellence pour devenir professeur

La mise en place d’un stage en alternance en deuxième année de master MEEF s’inscrit dans cette logique. Il permettra de consolider la place du master MEEF comme voie d’excellence pour devenir professeur.

Il prolonge et amplifie le mouvement de professionnalisation progressive et d’accompagnement des étudiants vers les métiers du professorat et de l’éducation initié par le dispositif de préprofessionnalisation.

  1. Nombre : à terme, entre 10 000 et 12 000 alternants en seconde année de master MEEF

Les masters MEEF accueillent aujourd’hui environ 24 000 étudiants en deuxième année, dont la moitié viennent de MEEF 1 et 57% sont fonctionnaires stagiaires, quel que soit leur parcours antérieur. Le ministère considère donc qu’en cible l’équivalent de la population issue des masters MEEF1 en stage alternant pourra être accueillie majoritairement dans les écoles et EPLE mais également dans d’autres structures.

 

  1. Dès à présent, un travail étroit des recteurs avec les INSPE est nécessaire afin d’identifier et répartir le nombre de contrats d’alternants en seconde année de master MEEF à la rentrée 2021

Le développement du stage en alternance en seconde année de master implique d’identifier dans les académies le vivier d’étudiants qui bénéficiera du dispositif et les berceaux d’accueil des futurs alternants.

  1. Modalités de recrutement et d’exercice

Juridiquement, le recrutement d’étudiants en alternance prendra la forme d’un contrat de droit public.

Les étudiants alternants en M2 exerceront en responsabilité pour l’équivalent d’un tiers temps de service d’enseignement. La définition de leur emploi du temps s’effectuera en étroite collaboration avec les INSPE. Au regard des impératifs organisationnels de leur année universitaire, les interventions des alternants pourront être filées au long de l’année scolaire ou massée.

NB : les étudiants engagés depuis la rentrée scolaire 2019 dans un contrat de pré-professionnalisation verront ce contrat prolongé d’une année (pour couvrir le MEEF2) dans les conditions de l’année de M1. Leur statut juridique reste totalement distinct de l’étudiant en stage alternant.

Un questionnaire a été adressé aux recteurs, afin d’évaluer au plus près les besoins de chaque académie. Le ministère procédera par la suite à une répartition du contingent d’alternants.”

Texte 20 novembre 2019

2. Le texte de l’appel
Appel lancé le 2 décembre 2019 à l’initiative de Christian Delacroix, Patrick Garcia et François Dosse

En ligne sur le site de Libération le 10 décembre 2019

https://www.liberation.fr/debats/2019/12/10/formation-des-enseignants-les-faux-semblants-de-la-professionnalisation_1768132

LES FAUX SEMBLANTS DE LA PROFESSIONNALISATION !

360 ENSEIGNANT.E.S ET CHERCHEUR.E.S EN HISTOIRE ET EN GÉOGRAPHIE DÉNONCENT LA NOUVELLE RÉFORME DE LA FORMATION DES PROFESSEURS ET DES CONCOURS DE RECRUTEMENT

Les nouvelles dispositions connues de la réforme Blanquer de la formation des enseignant.e.s prévue pour la rentrée 2020 radicalisent la ligne suivie par le ministère de l’Éducation Nationale depuis plusieurs années : au nom de la « professionnalisation » c’est une nouvelle étape dans la dégradation des conditions d’études, dans la précarisation des étudiant.e.s engagé.e.s dans les masters MEEF et dans la mise à l’écart de toute la dimension de réflexivité critique de la formation qui est annoncée ainsi qu’un affaiblissement sans précédent de la dimension disciplinaire des épreuves.

En effet les étudiant.e.s de ces masters devront préparer un master, assurer en deuxième année un stage en alternance en responsabilité avec un statut de contractuel.le.s et passer le concours de recrutement. Autant dire que le ministère prépare son vivier de contractuel.le.s pour tenter de suppléer aux restrictions de moyens en utilisant des étudiant.e.s précarisé.e.s pour faire classe. À l’inverse du « stage » prévu par la réforme en deuxième année de master (et donc avant de passer le concours), nous restons persuadés qu’une professionnalisation efficace ne peut avoir lieu que dans le cadre d’une véritable formation en alternance comprenant, après le concours, une année d’enseignement en responsabilité, avec décharge significative pour dégager un temps de formation continuée, reposant sur une pratique de classe encadrée et réflexive.

Les préconisations de la réforme, adoptées sans réelle concertation avec les acteurs de la formation, prévoient de nouvelles épreuves pour les concours qui aggravent le recul de la place des connaissances disciplinaires et des possibilités de développer la réflexion sur les disciplines et leur enseignement, déjà à l’œuvre dans les précédentes réformes. C’est l’incantation rituelle au « professionnel » ainsi que l’instrumentalisation de la pédagogie considérée comme un ensemble de recettes techniques transmises par la hiérarchie et qu’il suffirait d’appliquer qui servent ici de justifications.

Engagé.e.s dans la formation des futur.e.s professeur.e.s, enseignant.e.s, chercheur.e.s, nous savons bien qu’enseigner est un métier qui s’apprend. Qui s’apprend, mais comment ? C’est là où rien ne va plus à notre sens. Le ministre entend réformer les épreuves des concours de recrutement en référence notamment à des compétences censées être « professionnalisantes », mais on ne laisse plus de temps aux étudiant.e.s pour s’initier aux débats qui traversent leur discipline, pour ce qui nous concerne plus particulièrement l’histoire et la géographie, pour réfléchir au pourquoi de leur enseignement et aux spécificités des didactiques disciplinaires et pour mieux prendre la mesure de leur futur rôle social. Les textes publiés prévoient une seule épreuve dite « académique » sur les « connaissances disciplinaire », une épreuve écrite et une à l’oral sur les mises en œuvre « pédagogiques » et enfin une épreuve orale type « entretien d’embauche » définie comme telle : « Une épreuve orale d’entretien sur la motivation du candidat et sa connaissance de l’environnement et des enjeux du service public de l’éducation, sa capacité à incarner et verbaliser les valeurs de la République et à se positionner en fonctionnaire. L’oral d’entretien doit permettre au candidat de faire valoir son parcours, mais aussi de valoriser ses travaux de recherche ». Ainsi, avec la réforme proposée, l’actuelle épreuve orale du CAPES, dite d’Analyse de situation professionnelle (ASP), dont l’ambition est de réfléchir aux notions et aux connaissances que l’on transmet dans notre discipline au travers d’un exposé qui articule les dimensions pédagogique, historiographique et épistémologique est vouée à disparaître. 

En outre, un tel abandon d’une démarche réflexive sur le contenu de la discipline historique entérine la mise à l’écart des universités dans la formation des enseignant.e.s. Nous refusons l’opposition démagogique entre ce qui serait « l’académique » (entendez la maîtrise des connaissances que l’enseignant.e doit transmettre) et le « pédagogique/professionnel ». Les enseignant.e.s ont besoin de maîtriser ce qu’ils vont enseigner, tout le monde en convient, mais plus encore peut-être, ils ont besoin de réflexion, de prise de distance, de regard critique sur ce qu’ils vont enseigner. N’est-ce pas précisément ce que les responsables de cette réforme redoutent ? La fixation récurrente sur les préoccupations d’éducation comportementale et de transmission de valeurs politiques et morales chères à la doxa ministérielle depuis plusieurs années se révèlent plus que jamais sans fard.

En histoire et en géographie, qui sont nos domaines de compétences, cette nécessaire réflexivité critique passe par des connaissances sur l’histoire de nos disciplines et sur leur épistémologie. Si nous prenons l’exemple du concours de recrutement pour le secondaire du CAPES d’histoire et de géographie, c’est l’équilibre entre maîtrise des connaissances et initiation professionnelle qui est définitivement rompu avec cette réforme. Il s’agit d’une véritable régression intellectuelle qui tire un trait sur tout ce que le souci de réflexivité avait apporté à nos disciplines. C’est une nouvelle étape dans la déqualification du métier d’enseignant.

Exiger des étudiant-e-s en master de préparer un master, de s’initier à la recherche et de produire un mémoire, de faire un stage en alternance et enfin de passer un concours exigeant manifeste une méconnaissance inquiétante du « terrain ». Ce « terrain » qui est pourtant rituellement invoqué par les inspirateurs de cette réforme ! Mais ne s’agit-il pas alors d’une tromperie irresponsable pour nos étudiant.e.s ? Avec un tel dispositif commandé par les exigences budgétaires et l’idéologie de la caporalisation verticale du monde enseignant, nous n’aurons qu’une mauvaise préparation disciplinaire, une « formation professionnelle » bâclée et une initiation à la recherche inexistante. Il est peut-être encore temps de redescendre du ciel enchanté de la professionnalisation-alibi en refusant cette nouvelle réforme qui est une véritable menace pour notre système de formation. 

Appel lancé le 02 décembre 2019

3. Les premiers signataires de l’appel “Les faux semblants de la professionnalisation !”

Les 360 premier.e.s signataires au 9 décembre 18h

Aillet Cyrille, historien, PU, Université Lumière Lyon 2, Responsable du Master MEEF Histoire-Géographie

Alazard Florence, historienne, PU, Université de Tours

Ambroise-Rendu Anne-Claude, historienne, PU, UVSQ

Andersen Peter, PU histoire et littérature allemandes, Université de Strasbourg

André Marc, historien, MCF, Université de Rouen

Andro Gaïd, historien, MCF, Université de Nantes (INSPE)

Andurand Olivier, historien, Professeur CPGE, Strasbourg

Angotti Claire, historienne, MCF, Université de Reims Champagne 
Ardenne, préparatrice au concours du CAPES

Anheim Étienne, histoire, Directeur d’études, EHESS, Paris

APHG (Association des professeurs d’histoire-géographie)

Aprile Sylvie, histoire, PU Université Paris Nanterre, ancienne membre des jurys du CAPES d’histoire-géographie et du jury de l’agrégation d’histoire

Araujo Christophe, agrégé d’histoire, lycée Eugène Delacroix, Drancy, au

Archambault Fabien, historien, MCF Université de Limoges. 

Artières Philippe, historien, Directeur de recherche CNRS

Audren Gwenaëlle, géographe, MCF, Aix Marseille Université, INSPE

Baby Sophie, historienne, MCF, Université de Bourgogne Franche-Comté, IUF

Baby-Collin Virginie, géographe, PU, Aix-Marseille Université,

Badia Danielle, PE et maître formateur à la retraite, Université d’Amiens

Baillergeon Thomas, Professeur d’histoire-géographie, Collège Jules Ferry à Ermont (95) Doctorant en Histoire Université de Cergy-Pontoise

Bantigny Ludivine, historienne, MCF, Université de Rouen

Bardet Serge, historien, MCF, Université d’Évry – Paris-Saclay

Barrault Eric, Professeur agrégé d’histoire en lycée Académie de Nantes

Barthélémy Pascale, historienne, MCF, ENS Lyon

Baury Ghislain, historien, PRAG, Le Mans Université

Belayche Nicole, historienne, Directeure d’études (Pr. ém.) EPHE, PSL Paris, ancienne membre du jury du CAPES d’histoire-géographie

Belissa Marc, histoire, MCF HDR, Université Paris Nanterre, ancien membre du jury du CAPES histoire-géographie.

Bélizal Edouard de, géographe, professeur CPGE, Lycée de Saint-Just à Lyon

Belmas Elisabeth, historien, PU émérite, Université Paris 13, MSH Paris -Nord

Bencivengo Yann, historien, MCF, Université de la Polynésie française

Bépoix Sylvie, historien, PRAG, Université de Franche-Comté

Bernier-Farella Hélène, historienne, MCF, Université Cergy-Pontoise

Béroujon Anne, historienne, MCF, Université Grenoble Alpes

Bertrand Gilles, historien, PU, Université Grenoble Alpes

Bertrand Romain, historien, Directeur de recherche, CNRS

Biloghi Dominique, historien, MCF, Université Paul Valéry – Montpellier, ancien vice-président du CAPES histoire-géographie

Blanchard Sophie, géographe, MCF, UPEC (Créteil)

Blaudeau Philippe, historien, Université d’Angers, Responsable histoire du master MEEF Histoire-géographie

Bock Fabienne, historien, PU émérite, UPEM (Marne-la-Vallée)

Bocquet Jérôme, historien, MCF, INSPE-Université d’Orléans, ancien vice-président du CAPES histoire-géographie

Boissellier Stéphane, historien, PU, Université de Poitiers, ancien membre des jurys d’agrégation d’histoire et d’agrégation de géographie.

Boniface Xavier, historien, PU, Université de Picardie

Bonner Jérémy, historien, Doctorant, Chargé de cours et agrégé d’histoire, Université Toulouse Jean Jaurès

Bonzon Thierry, historien, MCF, UPEM (Marne-la-Vallée)

Boquet Damien, historien, MCF HDR, Université d’Aix-Marseille

Borne Dominique, historien, ancien doyen de l’Inspection générale de l’Education nationale, ancien président du jury du CAPES histoire-géographie

Boudet Jean-Patrice, historien, PU, Université d’Orléans

Bourdin Philippe, historien, PU, Université Clermont-Auvergne, IUF

Bourdon Étienne, historien, MCF, Université Grenoble Alpes

Bouyssou Gerbert- Sylvestre, historien, MCF, Université de Polynésie Française.

Boyer Gilles, historien, PRAG, INSPÉ Lyon

Branche Raphaëlle, historienne, PU, Université Paris-Nanterre

Brétéché Marion, historienne, MCF, Responsable du Master MEEF 2nd degré parcours Histoire-Géographie, Université d’Orléans

Brioist Pascal, historien, PU, Université de Tours, ancien vice-président du Capes d’histoire-géographie

Brisville Marianne, professeure agrégée d’histoire, Dijon

Brizay François, historien, PU, Université de Poitiers

Brunet Serge, historien, PU, Université Paul-Valéry Montpellier III, membre senior honoraire de l’IUF, ancien membre du jury de l’agrégation d’histoire.

Caby Cécile, historienne, PU, Université Lumière Lyon 2

Cahon Julien, historien, MCF, INSPE Amiens, ancien membre du jury du CAPES histoire-géographie

Calafat Guillaume, historien, MCF, Université Paris 1

Calame, Claude, historien, Directeur d’études EHESS, Paris

Capdevila Luc, historien, PU, Université Rennes 2,

Carraz Damien, historien, MCF HDR, Université Clermont Auvergne

Carré Benoît, historien, Certifié, ATER, Université de Rennes 2

Carrier Nicolas, historien, PU, Université Jean Moulin Lyon 3

Carrier Nicolas, historien, PU, Université Lyon 3. Membre du jury du capes d’histoire-géographie, 2005-2009.

Casanova Vincent, Professeur lycée L. Blum, Créteil, ancien membre du jury du CAPES histoire-géographie 

Casset Marie, historien, MCF, Université de Bretagne Sud

Castagnet Véronique, historienne, MCF, Université Toulouse-Jean Jaurès

Castagnez Noëlline, historienne, MCF HDR, Directrice du Département d’histoire, Université d’Orléans

Castorio Jean-Noël, historien, MCF, Havre-Normandie-Université

Catafau Aymat, historien, MCF, Université de Perpignan

Challet Vincent, historien, MCF, Université Paul-Valéry Montpellier

Chalvet Martine, historien, MCF, Aix Marseille Université (AMU)

Chappey Jean-Luc, historien, PU, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, ancien membre des jurys d’agrégation d’histoire et de géographie.

Charbonnier Marc, Secrétaire Général Association des Professeurs d’Histoire et de Géographie – APHG Professeur d’Histoire-Géographie au Lycée Emmanuel Mounier à Châtenay-Malabry (92)

Chareille Pascal, historien, MCF, Université de Tours.

Charle Christophe, historien, PU, Paris 1 Panthéon Sorbonne, ancien membre du jury de l’agrégation d’histoire et du jury de l’Ecole normale supérieure (Ulm)

Chastang Pierre, historien, PU, Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines 

Chatenet-Calyste Aurélie, historienne, MCF, Université de Rennes 2

Chaudron Eric, historien, PRAG histoire-géographie, INSPE de Nice, ancien membre des jurys des CAPES externe et interne, agrégation interne d’Histoire et de Géographie et CAPLP Lettres-Histoire-Géographie.

Chauvard Jean-François, historien, PU, Université Paris-1 Panthéon-Sorbonne

Chirio Maud, historienne, MCF, UPEM (Marne-la-Vallée)

Choné Paulette, historienne, PU émérite, Université de Bourgogne 

Chopelin Paul, historien, MCF, Université Jean Moulin Lyon 3

Clerc Pascal, géographe, PU, INSPE-Université de Cergy-Pontoise

Colin Noémi, professeur d’histoire en Lettres et Première supérieure, lycée Léon Blum, Créteil, présidente de l’Association des Professeurs d’Histoire de première supérieure Lyon (APHLY), ancienne membre de jurys d’agrégations

Collard Franck, historien, PU, Université de Paris Nanterre, président de l’APHG.

Conesa Marc, historien, MCF, Université Paul Valéry – Montpellier, ancien membre du jury du CAPES histoire-géographie

Cooper-Leconte Anne-Gaëlle, Professeure agrégée histoire, Lycée Jules Verne, Nantes

Coquery Natacha, historienne, PU, Université Lumière Lyon 2

Corriol Vincent, historien, MCF, Université du Maine – Le Mans

Cotterau-Gabillet Émilie, historienne, MCF, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Coulomb Clarisse, historienne, MCF, Université Grenoble-Alpes

Coulon Damien, historien, MCF HDR, Université de Strasbourg

Coumert Magali, historienne, MCF, Université Bretagne Occidentale

Crogiez-Pétrequin Sylvie, historienne, PU histoire et archéologie, Université de Tours, membre du jury de l’agrégation d’histoire. Responsables des MEEF et des concours d’histoire-géographie à l’Université de Tours.

Croq Laurence, historienne, MCF, Université Paris Nanterre

Cyril Triolaire, MCF études théâtrales, Université Clermont Auvergne

Da Rocha Carneiro François, Professeur d’Histoire-Géographie au lycée Jean-Moulin (Roubaix)

Dalisson Rémi, historien, PU, INSPE / Université de Rouen

Dalmeida Fabrice, historien, PU, Université Paris2

Dauphin Stéphanie, historienne, MCF, INSPE de Lille/Université d’Artois, ancienne membre du jury du CAPES histoire géographie 

David Plouviez, historien, MCF, Université de Nantes.

De Cock Laurence, enseignante, historienne, Université Paris Diderot, ancienne membre du jury du CAPES histoire-géographie

Debat Guillaume, Agrégé d’histoire, Doctorant, Université Toulouse – Jean Jaurès

Débax Hélène, historienne, PU, Université Toulouse 2 Jean-Jaurès

Deflou-Leca Noëlle, historienne, MCF, Université Grenoble Alpes

Delacroix Christian, historien, PRAG honoraire, UPEM (Marne-la-Vallée), ancien membre des jurys du CAPES histoire-géographie et de l’agrégation interne d’Histoire et de Géographie

Delalandre Matthieu, MCF STAPS, UPEM (Marne-la-Vallée)

Delavaud-Roux Marie-Hélène, historienne, MCF, Université de Bretagne occidentale

Deleplace Marc, historienne, MCF, Sorbonne Université, ancien vice-président du jury du CAPES histoire-géographie

Delhay Corinne, MCF Linguistique française, Université de Strasbourg

Delpal Bernard, historien, PU émérite, Université Lyon 3, ancien vice-président du jury du CAPES histoire-géographie

Delporte Christian, historien, PU, Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines

Deluermoz Quentin, historien, MCF HDR, Université de Paris 13

Demartini Anne-Emmanuelle, historienne, PU, Université Paris 13

Demont Vincent, historienne, MCF, Université Paris Nanterre

Denjean Claude, historienne, PU, Université de Perpignan-Via Domitia

Deruelle Benjamin, historienne, PU, Université du Québec à Montréal, ancien membre du jury du CAPES histoire-géographie

Desvignes Dominique, historien, PRAG honoraire, ancien membre du jury du CAPES histoire-géographie 

Deswarte Thomas, historien, PU, Université d’Angers, ancien membre du jury écrit du concours externe d’Agrégation d’Histoire

Dewez Harmony, historien, MCF, Université de Poitiers

Dosquet Émilie, historienne, MCF, Université de Cergy-Pontoise

Dosse François, historien, PU, UPEC (Créteil)-INSPE.

Dubost Jean-François, historien, PU, UPEC (Créteil).

Ducange Jean-Numa, historien, MCF, Université de Rouen Normandie

Dulucq Sophie, historienne, PU, Toulouse Jean Jaurès

Duma Jean, historien, PU émérite, Université de Paris Nanterre, ancien membre du jury de l’Agrégation d’histoire.

Dumoulin Olivier, historien, PU émérite, Université de Caen-Normandie, ancien membre du jury du CAPES histoire-géographie

Dusserre Aurélia, historienne, MCF, AMU Co-responsable du parcours MEEF histoire-géographie pour le département d’histoire 

Eismann Gaël, historienne, MCF, Université de Caen-Normandie

Estebanez Jean, Maitre de conférences en géographie, UPEC, membre du jury de l’agrégation externe d’histoire, ancien membre du jury d’admission à l’ENS ULM, section BL

Faucquez Anne-Claire, MCF histoire américaine, Université Paris 8, membre du jury du CAPES d’anglais

Faure Philippe, historien, MCF, Université d’Orléans

Favier Irène, historienne, MCF, Université Grenoble-Alpes

Febvre Hugues, Professeur d’histoire-géographie, lycée Van Gogh à Ermont (95), ancien formateur (Académie de Versailles)

Feriel Cédric, historien, MCF, Université Rennes 2

Ferradou Mathieu Professeur agrégé d’histoire-géographie au lycée Jean-Monnet à Mortagne-au-Perche (61), docteur en histoire, chargé de cours à l’Université du Mans. 

Ferragu Gilles, historien, MCF, Université Paris Nanterre

Figeac Michel, historien, PU, Université Bordeaux-Montaigne, Membre du jury de l’agrégation interne.

Figeac-Monthus Marguerite, historienne, PU, Université Bordeaux-Montaigne

Follain Antoine, PU histoire, UNISTRA, Strasbourg  

Fourault-Cauet Véronique, géographe, MCF, Université Paris Nanterre

Fourmond Thierry, professeur d’histoire-géographie, collège Ch. Le Brun, Montmorency (95) 

Fournier Éric, historien, MCF HDR, Paris 1-Sorbonne

Fray Jean-Luc, historien, PU, Université Clermont Auvergne, Ancien membre des jurys du CAPES d’Histoire-Géographie et du jury de l’Agrégation interne d’Histoire et Géographie

Frioux Stéphane, historien, MCF, Université Lyon 2, ancien Responsable MEEF Histoire-Géo, membre du jury de l’agrégation interne d’Histoire et de Géographie

Fureix Emmanuel, historien, PU, Université Paris-Est Créteil

Gacon Stéphane, historien, MCF, Université de Bourgogne

Gaillard Isabelle, historienne, MCF, Université Grenoble-Alpes

Gainot Bernard, historien, MCF HDR, Université Paris1, ancien membre des jurys des CAPES interne et externe histoire-géographie et du jury de l’agrégation externe d’histoire

Galland Caroline, historienne, MCF, Université Paris-Nanterre

Gallot Fanny, historienne, MCF, UPEC (Créteil)

Garcia Patrick, historien, PU, Université de Cergy-Pontoise-INSPE, ancien membre du jury du CAPES histoire-géographie, responsable du master MEEF histoire-géographie de l’UCP et responsable académique

Gatineau Laurent, géographe, MCF, Université de Cergy-Pontoise

Gaude-Ferragu Murielle, historienne, MCF HDR, Université Paris-13

Gazeau, Véronique, historienne, PU émérite, Caen

Gebeil Sophie, historienne, MCF, Aix-Marseille Université (Inspé)

Génard Elsa, historien, ATER, Université Paris 1-Panthéon Sorbonne

Gervais-Lambony Philippe, géographe, PU, Université Paris Nanterre

Girard Aurélien, historien, MCF, Université de Reims Champagne-Ardenne

Girardin Michaël, historien, MCF, Université du Littoral – Côte d’Opale.

Girault Bénédicte, historien, MCF, Université Cergy Pontoise-INSPE.

Godicheau François, historien, PU, directeur de l’UMR 5136 FRAMESPA

Godineau Dominique, historienne, PU, Université Rennes 2, ancienne membre du jury du CAPES de Breton, pour la bivalence histoire

Godineau Robert, Professeur d’histoire en hypokhâgne et khâgne au lycée Jules Ferry de Paris

Gourdon Vincent, historien, Directeur de recherche histoire, CNRS, Centre Roland Mousnier, Paris.

Granet, Anne-Marie, historien, PU, Université Grenoble Alpes

Grataloup Christian, géographe, PU émérite, Université Paris 7 – Diderot

Grévy Jérôme, historien, PU, Université de Poitiers

Griffe Michel, MCF honoraire, langue et littérature latines, Université Paul-Valéry, Montpellier

Gualberto Antje, MCF Études allemandes, Université de Strasbourg, responsable disciplinaire MEEF allemand 2nd degré

Guillopé Thierry, Doctorant histoire, enseignant (lycée, Université), UPEM (Marne-la-Vallée)

Guillorel Éva, historienne, MCF, Université de Caen Normandie

Guitton Laurent, Professeur agrégé histoire-géographie et docteur en histoire, Lycée P. Lamour, Nîmes

Haddad Elie, historien, Chargé de recherche CNRS, EHESS

Hamon Philippe, historien, PU, Université Rennes 2,

Hatzfeld Nicolas, historien, PU, Université Évry

Haziza Typhaine, historienne, MCF, Université de Caen – Normandie, ancienne membre du jury du CAPES histoire-géographie 

Hermant Héloïse, historienne, MCF, Université Côte d’Azur Nice

Hertzog Anne, géographe, MCF, Université de Cergy-Pontoise

Hippler Thomas, historien, PU, Université de Caen

Hubert Marie-Clotilde, historienne, PU honoraire, École des chartes

Hugon Alain, historien, PU, Université de Caen Normandie

Inglebert Anne, historienne, PRAG, Université Artois, ancien membre du jury CAPES histoire-géographie 

Iounes-Vona Rosaria, MCF Langue et littérature italiennes, Département L.E.A/ UFR ALL -METZ

Jacquemond Louis-Pascal, historien, IPR IA histoire-géographie honoraire, ancien membre des jurys Capes (interne et externe) histoire-géographie, des Agrégations interne Histoire-Géographie et externe d’histoire

Jahan Sébastien, historien, MCF, Université de Poitiers

Janniard Sylvain, historien, MCF, Université de Tours 

Jansen Philippe, historien, PU, Université de Nice Sophia Antipolis

Jarrige François, historien, MCF, Université de Bourgogne, IUF

Jollet Anne, historienne, MCF, Université de Poitiers

Josserand Philippe, historienne, MCF HDR, Université de Nantes

Klein Jean-François, historien, PU, Université Le Havre-Normandie 

Labinal Guilhem, géographe, MCF, Université de Cergy-Pontoise- INSPE (académie de Versailles)

Laboulais Isabelle, historienne, PU, Université de Strasbourg

Lachaise Bernard, historien, PU émérite. Université Bordeaux Montaigne, ancien membre du jury du CAPES histoire-géographie, ancien membre et vice-président du jury de l’agrégation interne d’histoire et de géographie

Lachaud Frédérique, historienne, PU, Sorbonne Université Lettres, membre du jury de l’agrégation d’histoire

Lacoue-Labarthe-Labarthe Isabelle, historienne, MCF, IEP de Toulouse

Lacquement Guillaume, géographe, PU, Université de Perpignan

Lacroix Annick, historienne, MCF, Université Paris Nanterre, membre du jury de l’agrégation externe de sciences économique et sociales

Laffont Jean-Luc, historien, MCF, Université de Perpignan-Via Domitia

Lalanne Sophie, historienne, MCF, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Lambert Karine, historienne, MCF, Université de la Côte d’Azur

Larcade Véronique, historienne, MCF, Université de Polynésie Française

Larrère Mathilde, historienne, MCF, UPEM (Marne-la-Vallée)

Lauby Jean-Pierre, IA-IPR d’Histoire et de Géographie honoraire, ancien membre des jurys du CAPES histoire-géographie et de l’agrégation interne d’histoire et de géographie.

Laurent Natacha, historienne, MCF, Université Toulouse Jean Jaurès

Lauret Pierre, Professeur de philosophie, CPGE, Lycée Jules-Ferry, Paris

Lauwers Michel, historien, PU, Université Côte d’Azur

Layani Fanny, professeure d’histoire-géographie, lycée Honoré de Balzac, Paris, ancienne membre du jury CAPES histoire-géographie

Le Bonhomme Fanny, historienne, MCF, Université de Poitiers 

Le Bot Florent, historien, PRCE, Université d’Evry Val d’Essonne

Le Bras Stéphane, historienne, MCF, Université Clermont-Auvergne

Le Gall Laurent, historien, PU, Université de Bretagne occidentale, ancien membre du jury concours ENS B/L

Le Guyader Daniel, historien, PRAG, Université de Bretagne occidentale, directeur de l ‘IPAG et formateur au CAPES -Agreg

Le Mao Caroline, historienne, MCF HDR, Université Bordeaux Montaigne

Leal Bruno, historien, PRAG, Université de La Rochelle

Lecuppre-Desjardin Elodie, historienne, PU, Université de Lille -Vice-présidente de la section 21 du CNU, Membre senior de l’IUF

Legoy Corinne, historienne, MCF, Université d’Orléans, ancien membre du jury d’écrit de l’agrégation externen d’histoire

Legris Patricia, historienne, MCF, Université Rennes 2

Lehman-Frisch Sonia, géographe, PU, Paris-Nanterre

Leininger Caroline, géographie, MCF, Université Paris-Diderot.

Lemaitre Nicole, historienne, PU, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Lemonde Anne, historienne, MCF, Université de Grenoble, ancien membre du jury de l’agrégation d’histoire.

Lescure, Jean-Claude, historien, PU, Université de Cergy-Pontoise.

Lespinet Moret Isabelle, historienne, PU, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Lett Didier, historien, PU, Université de Paris

Lomné Georges, historien, MCF, UPEM (Marne-la-Vallée)

Loubes Olivier, Professeur d’histoire au lycée Saint Sernin de Toulouse, ancien membre des jurys de l’agrégation interne d’histoire et de géographie et externe d’Histoire

Luciani Isabelle, historienne, MCF, Aix-Marseille Université, ancien membre du jury de l’agrégation d’histoire

Lusset Élisabeth, historienne, Chargée de recherche, CNRS 

Machu Laure, historienne, MCF, Université de Paris Nanterre

Maguin Françoise, MCF chimie, co-responsable Master MEEF Physique-Chimie, Université Orléans

Maitte Corine, historienne, PU, UPEM, Marne-la-Vallée

Malandain Gilles, historien, MCF, Université de Poitiers

Malaprade Sébastien, historien, MCF, UPEC (Créteil) 

Malbos Lucie, historienne, MCF, Université de Poitiers 

Maldavsky Aliocha, historienne, PU, Université de Paris-Nanterre, ancien membre du jury de CAPES histoire-géographie et du jury d’agrégation interne d’Histoire et de Géographie

Marchi van Cauwelaert Vannina, historienne, MCF, Université de Corse

Mare Marion, professeure agrégée de géographie en CPGE, lycée Montaigne Bordeaux, ancienne membre du jury du CAPES histoire-géographie.

Marin Brigitte, historienne, PU, Aix-Marseille Université, Directrice de l’Ecole française de Rome.

Marnot Bruno, historien, PU, Université La Rochelle

Martin Céline, historienne, MCF, Université Bordeaux-Montaigne

Martinetti Joseph, historien, MCF, Nice

Matz Jean-Michel, historien, PU, Université d’Angers

Mazeau Guillaume, historien, MCF, Université Paris 1, ancien membre du jury du CAPES histoire-géographie

Mazel Florian, historien, PU, Université Rennes 2

Mazurel Hervé, historien, MCF HDR, Université de Bourgogne

Medina Lucile, géographe, MCF, Université Montpellier 3, ancienne membre du jury du Capes histoire-géographie, ancienne responsable du Master MEEF parcours HG à Montpellier 2014-2016

Meyzie Vincent, historien, MCF, Université Paris Nanterre

Mongallon Lila, professeur d’histoire-géographie et de spécialité HGGSP en lycée, Maison d’Éducation de la Légion d’Honneur, Saint-Denis (93)

Montel Laurence, historienne, MCF, Université de Poitiers

Montenach Anne, historienne, PU, Aix-Marseille Université, ancien membre du jury de l’Agrégation d’histoire

Moret Frédéric, historien, PU, UPEM (Marne-la-Vallée)

Mormiche Pascale, historienne, PRAG, Université de Cergy-Pontoise, Inspé de l’Académie de Versailles

Moullier Igor, historien, MCF, ENS de Lyon

Mourlane Stéphane, historien, MCF, Inspé-Aix Marseille Université.

Mouysset Sylvie, historienne, PU, Université Toulouse – Jean Jaurès

Müller Bertrand, historien, Directeur de recherche, CNRS

Mussard Christine, historienne, MCF, INSPE Aix-Marseille Université, ancienne membre du jury du CAPES d’histoire-géographie.

Nadrigny Xavier, Professeur d’histoire en CPGE au lycée Henri IV

Nebbiai Donatella, Directrice de recherche émérite, CNRS

Nérard François-Xavier, historien, MCF, Université Paris 1

Nicoud Marilyn, historienne, PU, Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse

Nuq Amélie, historienne, MCF, Université Grenoble Alpes

Ortolan Guillaume, Professeur agrégé d’Histoire, Lycée Guy Mollet (Arras)

Ory, Pascal, historien, PU émérite, Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Ouriachi Marie-Jeanne, historienne, MCF, Université de Nice, ancienne membre du jury du CAPES histoire-géographie

Paradis Françoise, agrégée de Lettres modernes professeur honoraire CPGE, ancien membre des jurys de CAPES et d’agrégation de lettres modernes

Péquignot Stéphane, historien, Directeur d’études à l’EPHE

Pérez Brigitte, PU langue et littérature grecques émérite, Université Paul Valéry Montpellier.

Peters-Custot Annick, historienne, PU, Université de Nantes, ancien membre du jury de l’agrégation d’histoire, responsable de la formation en histoire du master MEEF histoire-géographie à Nantes.

Petiteau Nathalie, historienne, PU, Université d’Avignon

Pezé Warren, historien, MCF, UPEC (Créteil).

Picco Dominique, historien, MCF, Université Bordeaux-Montaigne, ancien membre du jury de l’agrégation interne d’histoire et géographie

Pichon Blaise, historien, MCF, Université Clermont Auvergne, ancien membre du jury du CAPES histoire-géographie

Piot Céline, PRAG-PRCE d’Histoire et de Géographie à l’INSPE de l’Académie de Bordeaux 

Planavergne Delphine, historienne, PRAG, Université Toulouse 2 Jean Jaurès

Pohrel Vincent, historien, MCF, INSPE Lyon/ Université Lyon 1, ancien membre du jury du CAPES histoire-géographie

Poidevin Aurélien, historien, PRAG, Université de Rouen

Poirrier Philippe, historien, PU, Université de Bourgogne-Franche Comté

Pollet Camille, historienne, ATER, Université de Bretagne occidentale

Pomeyrols Catherine, historienne, MCF, Université de Nantes

Ponsard Nathalie, historienne, MCF HDR, Université Clermont d’Auvergne

Poulot Marie-Laure, géographe, MCF, Université Paul Valéry Montpellier 3

Provost Alain, historien, MCF, Université d’Artois.

Quint François, professeur d’histoire-géographie, Collège Jean Zay, 95210 Saint Gratien

Raflik-Grenouilleau Jenny, historienne, PU, Université de Nantes 

Regnard Cécile, historienne, MCF, AMU

Regnauld Hervé, géographe, PU, Université de Rennes

Regourd François, historien, MCF, Université Paris Nanterre 

Renaudin Camille, géographe, PRAG, Université Paul Valéry, Montpellier 3

Restif Bruno, historien, MCF, Université de Reims Champagne-Ardenne

Rideau Gaël, historien, PU, Université d’Orléans

Rives Danielle, Professeur du second degré retraitée, Lycée de Villefranche de Rouergue

Robinet François, historien, MCF, Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines

Robinet François, historien, PRAG, doctorant, Université Clermont-Auvergne

Robinet Isabelle, professeure d’histoire-géographie au collège du Lignon au Chambon-sur-Lignon (Haute-Loire)

Rossignol Benoît, historien, MCF, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Rouault Rémi, géographe, PU émérite, Université de Caen, ancien membre du jury du CAPES histoire-géographie

Rouquet François, historien, PU, Université de Caen-Normandie

Rousseau Sabine, agrégée d’histoire, professeur d’histoire-géographie dans le secondaire, Chambéry

Roussel Diane, historienne, MCF, UPEM (Marne-la-Vallée)

Rozeaux Sébastien, historien, MCF, Université Toulouse Jean Jaurès

Salmon Aïcha, historienne, ATER, Université de Tours

Saly-Giocanti Frédéric, historien, MCF, UPEM (Marne-la-Vallée)

Sambuis Yann, historien, Agrégé, Chargé de cours à Sciences Po Lyon

Santinelli-Foltz Emmanuelle, historienne, PU, Université Polytechnique des Hauts-de-France, ancien membre du jury de l’agrégation d’histoire

Sauget Stéphanie, historienne, PU, Université de Tours

Saule Kevin, professeur CGPE histoire, Lycée Fustel de Coulanges, Strasbourg.

Schapira Nicolas, historien, PU, Université Paris-Nanterre

Schill Pierre, Professeur d’histoire-géographie au lycée Georges Frêche à Montpellier – ancien membre des jurys du CAPES histoire-géographie et de l’agrégation d’histoire

Schmitt Jean-Claude, historien, Directeur d’études, EHESS, Paris

Schnakenbourg Eric, historien, PU, Directeur du Centre de Recherche en Histoire Internationale et Atlantique, Université de Nantes

Schneider-Mizony Odile, PU linguistique allemande, Université de Strasbourg

Scordia Lydwine, historienne, MCF HDR, Université de Rouen Normandie

Senséby Chantal, historienne, MCF HDR, Université d’Orléans

Serna Pierre, historien, PU, Paris 1 Panthéon-Sorbonne, IUF, ancien membre des jurys du CAPES histoire-géographie et de l’Agrégation d’histoire.

Shimahara Sumi, historienne, MCF, Sorbonne Université Lettres, ancienne membre du jury de l’agrégation d’histoire

Sierra Alexis, géographe, MCF HDR, Université de Cergy-Pontoise-INSPE

Silvestre Bertrand, Professeur d’histoire géographie, Collège Marie Laurencin Tarare Rhône, Docteur en histoire et chercheur associé au LARHRA

Sohn Anne-Marie, historienne, PU émérite, ENS de Lyon

Solchany Jean, historien, PU, IEP Lyon

Sottocasa Valérie, historienne, PU, Université de Toulouse2 – Jean-Jaurès

Souchier Emmanuël, PU Celsa, Paris-Sorbonne

Soussen Claire, historienne, PU, Université du Littoral Côte d’Opale, membre du jury de l’agrégation interne d’Histoire-Géographie. 

Steck Jean-Fabien, géographe, MCF, Université Paris-Nanterre, ancien vice-président de l’agrégation interne d’Histoire et de Géographie

Steinberg Sylvie, historienne, Directrice d’études à l’EHESS, responsable de la mention Histoire

Tachin Agnès, historienne, MCF, Université de Cergy-Pontoise

Tallet Gaëlle, historienne, MCF, Université de Limoges

Tartakowsky Ewa, sociologie, post-doctorante, ISP

Tatessian Nicolas, Professeur agrégé, Lycée Marcel Rudloff, Strasbourg

Telliez Romain, historien, MCF, Sorbonne-Université, Paris

Theis Valérie, historienne, PU, ENS de Paris

Théry Julien, historien, MCF, Université Paul Valéry Montpellier

Theurot Jacky, historien, PU honoraire, Université de Besançon, ancien membre des jurys du CAPES histoire-géographie et de l’agrégation d’histoire

Thibaud Clément, historien, Directeur d’études à l’EHESS, président de l’Association des historiens contemporanéistes de l’enseignement supérieur et de la recherche (AHCESR)

Thivend Marianne, historienne, MCF, Université Lumière Lyon 2, ancienne membre jury du CAPES histoire-géographie

Tillier Mathieu, historien, PU, Sorbonne Université

Tixier du Mesnil Emmanuelle, historienne, PU, Université Paris Nanterre

Touzery Mireille, historienne, PU, Université Paris Est Créteil

Traversier Mélanie, historienne, MCF, Université de Lille, IUF

Vadelorge Loïc, historien, PU, UPEM, Marne-la-Vallée

Valentin Andréo, professeur d’histoire-géographie au collège Mario Beulaygue à Ax les Thermes, Ariège

Valerian Dominique, historien, PU, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, président de la Société des Historiens Médiévistes de l’Enseignement Supérieur Public (SHMESP)

Verdon Laure, historienne, PU, Aix-Marseille Université

Verneuil Christophe, historien, MCF, INSPE d’Amiens- Université de Picardie

Vial Éric, historien, PU, Université de Cergy-Pontoise

Victor Sandrine, historienne, MCF, Institut National Universitaire Champollion- Albi

Vidal-Naquet Vincent, historien, professeur au Lycée Henri Moissan à Meaux

Vigié Marc, historien, IA IPR d’Histoire et de Géographie honoraire, ancien membre du jury du CAPES histoire-géographie

Vigna Xavier, historien, PU, Université Paris-Nanterre

Vigreux Jean, historien, PU, Université de Bourgogne

Vincent Alexandre, historien, MCF, Université de Poitiers, IUF

Vincent Catherine, historien, PU, université Paris Nanterre, ancienne membre des jurys du CAPES histoire-géographie et du jury de l’agrégation de géographie, ancienne Vice-Présidente du jury de l’agrégation de Géographie, pour l’épreuve d’Histoire.

Vincent Robert, historien, MCF HDR, Université Paris I Panthéon Sorbonne 

Virgili Fabrice, historien, Directeur de Recherche, CNRS

Vissière Laurent, historien, MCF, Sorbonne université

Vo-Ha Paul, historien, MCF, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne

Zancarini-Fournel Michelle, historienne, PU émérite, Université de Lyon 1, ancienne membre  du jury du Capes d’histoire-géographie  et du jury du CAPES de créole, pour la bivalence histoire

Zytnicki Colette, historienne, PU émérite, Université de Toulouse-Jean Jaurès, ancienne membre du jury de CAPES histoire-géographie

4. Continuer…
 
Si vous êtes d’accord avec le texte de cet appel, diffusez-le et faites-le signer à l’adresse dédiée. Il sera prochainement transmis au Ministère.
 
Pour signer indiquez Nom, prénom, profession, établissement, éventuellement membre ou ancien membre du Capes d’histoire-géographie, responsable de formation, etc.
 
 
Si vous avez voulu signer cet appel et que votre nom n’apparaît pas veuillez renoyer un mail à l’adresse ci-dessus. Merci 
 
 
 

 

Intervention d’Olga Konkka

Intervention d’Olga Konkka (université Bordeaux Montaigne, CEMMC), intitulée L’histoire scolaire en Russie : le triomphe du modèle narratif? L’étude des supports pédagogiques élaborés par des enseignants au prisme de la politique historique et des traditions didactiques, du 10 avril 2019.

 

Présentation Power Point d’Olga Konkka

Intervention audio d’Olga Konkka

Intervention d’Aurélie De Mestral et de Charles Heimberg

Les présentations de l’intervention de Charles Heimberg et d’Aurélie De Mestral (Equipe de didactique de l’histoire et de la citoyenneté – Université de Genève), intitulée L’histoire scolaire en Suisse (romande) : poids de mythologies complaisantes et tentations de l’occultation du 13 février 2019, sont désormais disponibles.

Présentation Power Point d’Aurélie de Mestral

Présentation Power Point de Charles Heimberg

Intervention de Piero Colla

Intervention de Piero Colla (Centre Maurice Halbwachs, Université de Bologne), intitulée L’histoire « décanonisée » : un exploit et une impasse du modèle scolaire suédois du 16 janvier 2019.

Présentation power point de Piero Colla

Les enjeux abordés par Piero Colla font également l’objet du dossier “Réformer l’éducation en Europe du Nord” de la revue Nordiques (n°36, novembre 2018) : http://revue-nordiques.com/fr/65-n36reformer-l-education-en-europe-du-nord

 

Arie Wilschut interviendra le 19 décembre 2018 sur le thème “A curriculum of frame-of-reference historical knowledge – the idea and the practical problems”

Afin de préparer la discussion lors de l’intervention d’Arie Wilschut, nous publions ici son article :

“Testing frame of reference knowledge in national examinations. Report on an experiment in the Netherlands”, in A. Chapman et A. Wilschut (éds.), Joined-Up History: New Directions in History Education Research, numéro spécial du International Review of History Education, 2015, p. 85-112 :

Wilschut_2015_TestingFrameOfReferenceKnowledge

 

Luigi Cajani interviendra le 14 novembre 2018 sur le thème “Roman national ou histoire mondiale? L’enseignement de l’histoire en Italie entre biais politique et exigences scientifiques”.

Afin d’alimenter la discussion lors de l’intervention de Luigi Cajani, nous publions ici son article “Les va-et-vient de l’histoire mondiale dans l’école italienne” (Cahiers pédagogiques, No. 471, mars 2009, pp. 52-54).

Luigi Cajani

En 2001, lors d’une réforme générale de l’école italienne voulue par un gouvernement de centre-gauche, l’histoire mondiale fit son entrée bruyante dans un panorama traditionnellement dominé par un histoire eurocentrique. L’écriture des nouveaux programmes fut confiée par le ministre de l’Instruction Publique Tullio De Mauro à une commission d’environ 250 membres représentant le monde de l’Université et de l’école. Continuer la lecture

Séminaire de recherche 2018/2019 “Une crise de l’enseignement de l’histoire en Europe? Perspectives et impasses de la construction scolaire de la conscience historique”

Ce séminaire procède d’une perception : aux attentes que les autorités publiques manifestent vis-à-vis de l’enseignement de l’histoire, vecteur traditionnel de la socialisation nationale et civique, fait écho son brouillage dans l’organisation des études. Dans la posture des pouvoirs de tutelle et dans les projets de réforme qui se succèdent, entre les années 1970 et le début du XXIe siècle, les réserves vis-à-vis de son corpus et de l’autonomie épistémologique de la matière ont alterné avec la réhabilitation de modules et formes narratives consacrés. Continuer la lecture