Luigi Cajani interviendra le 14 novembre 2018 sur le thème “Roman national ou histoire mondiale? L’enseignement de l’histoire en Italie entre biais politique et exigences scientifiques”.

Afin d’alimenter la discussion lors de l’intervention de Luigi Cajani, nous publions ici son article “Les va-et-vient de l’histoire mondiale dans l’école italienne” (Cahiers pédagogiques, No. 471, mars 2009, pp. 52-54).

Luigi Cajani

En 2001, lors d’une réforme générale de l’école italienne voulue par un gouvernement de centre-gauche, l’histoire mondiale fit son entrée bruyante dans un panorama traditionnellement dominé par un histoire eurocentrique. L’écriture des nouveaux programmes fut confiée par le ministre de l’Instruction Publique Tullio De Mauro à une commission d’environ 250 membres représentant le monde de l’Université et de l’école. Dans la sous-commission chargée des programmes d’histoire, géographie et sciences sociales pour l’école primaire (classes 1-7) la chance fit rencontrer quelques  uns parmi les très peu nombreux historiens italiens, qui à l’époque étaient attentif à la recherche en histoire mondiale et au débat international sur son enseignement (1) : Antonio Brusa, Alberto De Bernardi et moi. Ils saisirent donc l’occasion de proposer aux collègues un programme d’histoire pour le premier cycle (élèves de 6 à 13 ans) structuré selon une vision mondiale, qui, tout en donnant la nécessaire attention à l’histoire européenne et italienne, comme plus proches de l’expérience quotidienne des élèves, gardait constamment le monde entier comme cadre de référence et point de départ, et dans cet effort de ne pas laisser des taches blanches sur la toile de l’histoire portait son attention aussi sur des parties normalement oubliées, comme l’Afrique subsaharienne au l’Océanie avant la colonisation européenne. Le but était donc d’enseigner une histoire capable de faire comprendre comment le monde est devenu ce qu’il est, en saisissant son passé dans son entièreté selon les acquisitions récentes de la recherche, et de refuser la fonction foncièrement identitaire attribuée à l’histoire dès son intégration dans le canon scolaire, dans l’Europe du XIX siècle. Dans la sous-commission cette proposition fut accueillie avec conviction par philosophes, géographes, économistes, juristes, et fut transformée en texte officiel de programme (2) : mais à l’extérieur du Ministère, dans la communauté des historiens italiens, les réactions furent décidemment, même farouchement, négatives. La majorité des historiens, de toute orientation idéologique, accusèrent les promoteurs de ce programme d’avoir trahi la fonction d’éducation identitaire de l’enseignement de l’histoire, comme lamentait Rosario Villari (3), et d’avoir placé sur le même plan des peuples d’une valeur (laquelle?) très différant, tels que les bantous et les anciens grecs, les aborigènes australiens et les chinois, comme lamentait l’historien Giuseppe Galasso (4).

La polémique fut tranchée par la victoire de la coalition de centre-droite, dirigée par Silvio Berlusconi, aux élections du 13 mai 2001 : comme annoncé dans le programme électoral, le nouveau ministre Letizia Moratti effaça tout le travail de reforme de l’école fait en précédence et nomma une nouvelle commission (dont les noms des membres n’ont pas été  rendu publiques), qui prépara une autre réforme tout à fait différant dans la structure et dans le contenu. Le programme d’histoire pour le premier cycle (cette fois pour les élèves de 6 à 14 ans) était  centré de nouveau sur l’identité européenne et italienne, avec une attention particulière sur les valeurs chrétiens (5). Dans la description du profil de l’élève à la fin du cycle on lit en effet :

“Il a conscience … des racines historico-juridiques, linguistique-littéraires et artistiques qui bous connectent avec le monde classique et judéo-chrétien  et de l’identité spirituelle et matérielle et de l’Europe : il place dans ce contexte la réflexion sur la dimension religieuse de l’expérience humaine et l’enseignement de la religion catholique ; … sait placer, dans ce tableau, les coordonnées spatiales, temporelles et culturelles de l’identité nationale et des identités régionales et de la commune d’appartenance “(6) .

Ce programme entra en vigueur avec l’année 2004-2005. Mais avec les élections politiques du 19 et 20 avril 2006 la direction du gouvernement passa de nouveau dans les mains de la coalition de centre gauche, et le nouveau ministre de l’Instruction Publique, Giuseppe Fioroni, s’empressa de changer les programmes scolaires selon la vision  propre à cette coalition. La commission qui s’occupa du programme d’histoire, où Antonio Brusa représentait la continuité avec la commission De Mauro, travailla avec des historiens représentant les branches principales de l’historiographie italienne. Moins structuré que le programme de la commission De Mauro dans l’organisation des contenus, ce programme voyait en tout cas le retour de l’histoire mondiale, avec l’Inde et la Chine, à coté d’une forte présence de l’Europe et de la Méditerranée. Très clair était le but de contraster tout usage identitaire de l’histoire, notamment dans les sociétés multiculturelles:

“Récemment … les passé et notamment les thèmes de la mémoire, des l’identité et des racines ont fortement caractérisé le discours publique et médiatique sur l’histoire. Dans ce contexte, la maîtrise des instrument critique permet d’éviter tout usage instrumental et inapproprié de l’histoire. En plus, la formation d’une société multiethnique et multiculturelle engendre la tendance à transformer l’histoire de discipline d’étude en lieu de représentation des différant identités, avec le risque d’en compromettre la scientificité …” (7)

Ce programme a été introduit de façon expérimentale avec l’année 2007-2008. Mais le gouvernement de centre-gauche s’est écroulé prématurément, et des nouvelles élections politique en avril 2008 ont amené de nouveau au gouvernement la coalition dirigée par Silvio Berlusconi. Le nouveau ministre de l’Instruction, Mariastella Gelmini a déjà mis main à beaucoup de reformes de l’organisation scolaire et annonce une nouvelle révision des programmes: en septembre 2008, quand j’écris ces lignes, on n’es sait encore rien, mais elle ne saurait pas tarder.

Ces vicissitudes (qui ont touché seulement le premier cycle : aucun gouvernement a eu le temps de refaire les programmes du deuxième cycle) montrent en premier lieu qu’en Italie un conflit est maintenant ouvert entre deux modèles d’enseignement de l’histoire : l’un critique, dans un tableau mondial, et l’autre identitaire, dans un tableau eurocentrique et italien. Ce clivage correspond au clivage politique entre centre-gauche et centre-droite. Une considération à part méritent les réactions des historiens. On a vu que la critique de l’histoire mondiale de la commission De Mauro ne connut pas de distinction politique chez eux. En analysant cette polémique l’historien Giuseppe Ricuperati avait attribué ce refus surtout au retard de l’historiographie italienne dans la recherche sur l’histoire mondiale (8).

Le programme Moratti fut accepté sans rumeur : d’ailleurs, en revenant au passé, il ne pouvait pas troubler le conservatisme de l’académie. Il peut donc surprendre l’accueil positif don a joui le programme Fioroni, quoique sans un enthousiasme comparable au refus du programme De Mauro. Il me semble qu’ont peut attribuer ce résultat à une combinaison d’éléments : le fait que le programme Fioroni est plus nuancé, le fait que la Commission a consulté les représentants des association d’histoire contemporaine, moderne etc., et que dans les toutes dernières années en Italie aussi on commence à prêter l’oreille aux recherches d’histoire mondiale (9). Sur le plan scientifique une ouverture semble donc s’offrir à l’enseignement de l’histoire mondiale : mais malheureusement c’est la politique qui régit, dans ses va-et-vient, l’enseignement scolaire.

 

Notes en bas de page

(1) Voir par exemple le débat autour des National Standards for History dans les États Unis pendant les années ’90 : Gary B. Nash, Charlotte Crabtree, Ross E. Dunn, History on Trial. Culture Wars and the Teaching of the Past, Alfred A. Knopp, New York, 1999 ;  et Henri Moniot, De l’histoire locale à l’histoire mondiale: enjeux et problèmes d’un renouvellement de l’enseignement de l’histoire, dans International Society for History Didactics,  “Information, Mitteilungen, Communications”, vol. 19. n. 1 (1998), pp. 7-13.

(2) Pour le texte intégral des programmes voir Luigi Cajani, Combat pour l’histoire mondiale: un projet pour l’école italienne, dans “Le cartable de Clio”, n. 2, 2002, pp. 97-113.

(3) Paolo Conti, Villari: caro ministro, ecco perché la tua riforma è sbagliata, dans “Corriere della sera”, 13.2. 2001.

(4) Giuseppe Galasso, La storia non si fotocopia, dans “Il Mattino”, 15.2.2001.

(5) Luigi Cajani, L’insegnamento della storia in mezzo al guado: alcune puntualizzazioni sul dibattito italiano attuale, dans “Società e Storia”, fasc. 103, 2004 , pp. 137-143.

(6) Decreto legislativo 19 febbraio 2004, n. 59: Definizione delle norme generali relative alla scuola dell’infanzia e al primo ciclo dell’istruzione, a norma dell’articolo 1 della legge 28 marzo 2003, n. 53, dans “Gazzetta Ufficiale della Repubblica Italiana”, 2.3.2004, p. 109.

(7) Ministero della Pubblica Istruzione, Indicazioni per il curricolo per la scuola dell’infanzia e per il primo ciclo d’istruzione, Roma, settembre 2007, p. 80.

(8) Giuseppe Ricuperati, A proposito di «Whose History?», e di uso pubblico della storia. Lo scontro sui piani di studio negli Stati Uniti (e in Italia), dans “Rivista storica italiana”, CXV (2003), pp. 771-772.

(9) Luigi Cajani,  La storia mondiale e la scuola italiana. Cronaca della commissione De Mauro, dans Antonio Brusa et Luigi Cajani ( éditeurs), La storia è di tutti, Carocci, Roma 2008, pp. 248-285, ici pp. 275-276.


1 réflexion sur « Luigi Cajani interviendra le 14 novembre 2018 sur le thème “Roman national ou histoire mondiale? L’enseignement de l’histoire en Italie entre biais politique et exigences scientifiques”. »

  1. Je vous signale cet autre référence sur le sujet de l’enseignement de l’histoire dans le monde:
    Camille Duparc, John Barzman and Elisabeth Robert-Barzman, “History Textbooks for French High Schools: Events, Long-term Trends, Europe and Skills, Not National Leaders” , J. Zajda, T. Tsyrlina-Spady, M. Lovorn (eds.), Globalisation and Historiography of National Leaders, Heidelberg: Springer, 2017.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.