Séminaire de recherche 2018/2019 “Une crise de l’enseignement de l’histoire en Europe? Perspectives et impasses de la construction scolaire de la conscience historique”

Ce séminaire procède d’une perception : aux attentes que les autorités publiques manifestent vis-à-vis de l’enseignement de l’histoire, vecteur traditionnel de la socialisation nationale et civique, fait écho son brouillage dans l’organisation des études. Dans la posture des pouvoirs de tutelle et dans les projets de réforme qui se succèdent, entre les années 1970 et le début du XXIe siècle, les réserves vis-à-vis de son corpus et de l’autonomie épistémologique de la matière ont alterné avec la réhabilitation de modules et formes narratives consacrés. Dans certains contextes nationaux, le succès du modèle anglo-saxon des social studies et de la pédagogie par l’expérience confortent la propension à singulariser l’éducation aux valeurs citoyennes et à fragiliser, en contrepartie, le statut d’un enseignement historique structuré : cette tendance entraînant parfois la remise en cause de l’histoire en tant que discipline autonome. De manière plus générale, l’évolution des critères de gouvernance des systèmes scolaires entretient la dislocation du corpus au bénéfice de curricula locaux, aux cycles de vie éphémère, ou sa subordination au registre de la sensibilisation éthique, réputé plus immédiatement pertinent et opératoire.

Pour rendre compte de cette instabilité, différents principes de causalité ont été invoqués : tous interpellent l’aptitude d’un récit généalogique faisant fi des différences – une “histoire-mémoire” canonisée – à orienter symboliquement l’acculturation à la citoyenneté. Certains – D. Fabre, M. Gauchet, F. Hartog… – insistent sur une difficulté plus générale de la connaissance historique à servir de source de l’orientation de l’individu dans le monde, et la tendance à fondre l’histoire dans un passé sensible, indifférencié et indéchiffrable.

Alors qu’une pluralité de recherches est disponible sur les traductions pédagogiques de ces impasses au niveau national, un regard comparatif empiriquement fondé sur la « crise du canon » en histoire fait défaut. L’objectif du séminaire, pour sa première année, consistera à obvier à cette lacune et à échafauder une grille de lecture, plaçant l’interrogation au niveau de l’institution scolaire et croisant les regards sur les agendas de réforme du curriculum d’histoire à l’échelle européenne et sur leur réception. Les contributions internationales qui seront sollicitées seront axées sur la place relative que l’enseignement de l’histoire occupe dans les différents systèmes nationaux ou fédérés, sur les tensions qui la touchent et sur le positionnement des acteurs sociaux impliqués. La relation sociale au récit commun, dans une école centrée sur l’individu, sera ainsi appréhendée à différentes échelles : du discours politique à la machine d’écriture des programmes, jusqu’aux supports élémentaires de l’action pédagogique.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.